vendredi, février 27, 2009

 

À VOIR CETTE SEMAINE POUR NE PAS MOURIR IDIOT

En voyant L’encerclement, documentaire majeur de Richard Brouillette, une pensée s’impose : et si le cinéma québécois était, comme un secret bien gardé, doté d’une capacité de réaction au monde absolument extraordinaire ? Plus qu’ailleurs sur la planète cinéma, sommes-nous en train de nous découvrir à travers un cinéma en prise réelle et directe avec la société ?

Formidable miroir où se lire, L’encerclement vient en effet de conclure une sorte de trilogie, amorcée par Papa à la chasse aux lagopèdes de Robert Morin et Un capitalisme sentimental d’Olivier Asselin ; une trilogie faisant le point sur l’état de nos mondes contemporains. Et quel état ! Dévastés par une idéologie sans cœur. Ruinés par l’avidité sans borne d’une poignée de profiteurs. Accablés par l’amoralité d’un système financier aux griffes omnipotentes.

Pour être parfaitement honnête, peut-être aurait-il fallu voir L’encerclement avant ses deux compères. Comme un cours de base, en quelque sorte. Une propédeutique incroyablement stimulante.

Documentaire d’une érudition captivante (on y croise Noam Chomsky, Ignacio Ramonet, Normand Baillargeon, Oncle Bernard ou Omar Aktouf – un vulgarisateur de génie-, la crème de la crème de la pensée), le film s’attache à l’immense entreprise de comprendre, recto-verso, le capitalisme et sa plus récente doctrine, le néo-libéralisme. Vaste, vaste programme que Brouillette aborde avec la patience d’une fourmi et l’opiniâtreté de ceux qui refusent ce monde anesthésié tout prêt à se laisser engloutir par les décision néo-libérales et leurs conséquences. Avec un didactisme bienvenu, mais sans dogmatisme, on se balade à droite, à gauche, au centre, en arrière et en avant, avec le sentiment, peut-être pour la première fois, de pouvoir avoir une vision d’ensemble de ce qui fait tourner le monde. Money makes the world go’round

Un point de vue global, complet et riche pour faire le point sur l’économie de marché. En noir et blanc, et en 10 chapitres, pour que la pensée prenne toute la place. En détails constants et pertinents pour que l’intelligence soit sans cesse sollicitée. En mode majeur, nourrissant et d’une rare pertinence pour offrir la meilleure des réponses possibles à la paralysie de la pensée unique.

À voir sans faute, dans toutes les bonnes crémeries.

Comments:
à mon avis, un humain meurt toujours plus ou moins idiot. mais après tout pourquoi pas. si ça peut faire plaisir...
"no love lost", hm ?

http://www.youtube.com/watch?v=kUr8wj3nG9c

dire que ian curtis s'est pendu en laissant tourner "china girl" d'iggy pop dans sa chambre...
billie holiday, c'est mieux (avis personnel).
 
puis tu vois, à mon sens, y'a des idiots qu'y ont bien plus de jugeotte que tout un tas d'abrutis qui carburent au sens et à l'analyse. et si tu comptes avoir compris, à la fin, ben fais moi signe, petit filou.
 
Hummm, vous me donnez vachement envie de déguster ce film chère Dame. Merci
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs