vendredi, mars 21, 2008

 

La quête du Graal

Joe Queenan, un critique du Guardian, s'est mis en tête - et très sérieusement - de dénicher parmi les plus jolis navets, le pire film jamais fait.
Scientifiquement, il livre donc une liste de critères à respecter pour entrer dans cette catégorie pour laquelle on ne peut s'empêcher d'avoir une certaine tendresse:

* For starters, a truly awful movie must have started out with some expectation of not being awful. That is why making a horrific, cheapo motion picture that stars Hilton or Jessica Simpson is not really much of an accomplishment.

*Two, an authentically bad movie has to be famous; it can't simply be an obscure student film about a boy who eats live rodents to impress dead girls.

*Three, the film cannot be a deliberate attempt to make the worst movie ever, as this is cheating.

*Four, the film must feature real movie stars, not jocks, bozos, has-beens or fleetingly famous media fabrications like Hilton.


*Five, the film must generate a negative buzz long before it reaches cinemas; like the Black Plague or the Mongol invasions, it must be an impending disaster of which there has been abundant advance warning; it cannot simply appear out of nowhere. And it must, upon release, answer the question: could it possibly be as bad as everyone says it is?

*Six, to qualify as one of the worst movies ever made, a motion picture must induce a sense of dread in those who have seen it, a fear that they may one day be forced to watch the film again - and again - and again. To pass muster as one of the all-time celluloid disasters, a film must be so bad that when a person is asked, "Which will it be? Waterboarding, invasive cattle prods or Jersey Girl?", the answer needs no further reflection. This phenomenon resembles Stockholm Syndrome, where a victim ends up befriending his tormentors, so long as they promise not to make him watch any more Kevin Smith movies. The condition is sometimes referred to as Blunted Affleck.

* The movie must keep getting worse. By this, I mean that it not only must keep getting worse while you are watching it, but it must, upon subsequent viewings, seem even worse than the last time you saw it.

Malheureusement pour Michael Cimino, l'auteur a bel et bien trouvé le pire du pire du pire. À sa décharge, il ne connaissait sûrement ni Aurore, ni Le survenant, ni L'oeil du chat, ni Québec sous ordonnance, ni...etc, etc, etc.

Comments:
Je suis content de ne pas encore avoir vu le film de Cimino, parce qu'avec une telle réputation, il va être intéressant de constater à quel point le film n'était pas aussi mauvais que ça en fin de compte.

En même temps, il y a une petite part de moi qui espère tellement que ce soit aussi mauvais qu'on le dit!
 
il y a pire, mais avec les critères de Queenan, j'opterais pour

the godfather III

haut la main
 
mmm, même avec la scène finale raf?

j'avoue que le film était décevant, mais la finale, quand même!

pourquoi ne pas avoir pensé à star wars: episode I qui était carrément nul à chier...et il n'y pas de "ça compte pas, c'est un film de geek" qui tienne! les attentes et les moyens étaient considérables!
 
Moi non plus je n'ai pas vu le film de Cimino, mais il me semble que les Cahiers du Cinéma l'avait défendu à l'époque, sans compter qu'il a toujours la cote "4" de Médiafilm...
 
ça manque de négativisme ici...
je pensais que tout le monde se garocherait pour nommer le pire film ever.
 
QUant à moi, mais il ne outrepasse certains des critères de Queenan, je dirais La belle bête. C'est le pire film que j'ai vu au cinéma, c'est le pire film à la première duquel j'ai assisté, content de ne pas être à la place de ceux qui étaient sur la scène. Juste à y penser, j'ai des frissons.

Ti-pat, tanné de ne jamais se souvenir de son mot de passe pour pouvoir laisser un commentaire!
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs