mardi, juillet 31, 2007

 

Hécatombe programmée

Quelque part, Bergman et Serrault avaient gardé une chaise vide autour de leur table. Ils devaient le savoir, eux, que ce matin, Antonioni, un autre géant, viendrait les rejoindre.

Le cinéaste avait 94 ans, et une série de films derrière lui qui ont fait notre bonheur, Blow Up, Identification d'une femme, L'avventura, L'éclipse...
Ancien critique, résistant au fascisme, il avait commencé en étant l'assistant de Marcel Carné sur Les visiteurs du soir et le co-scénariste du Retour d'un pilote de Rossellini avant de tourner ses propres films.
Depuis 85, Antonioni était à moitié paralysé, résultat d'une mauvaise attaque cérébrale. 10 ans plus tard, il réalisait tout de même un dernier film, Beyond the clouds, aidé par Wim Wenders.

La mort des maîtres est douloureuse mais laisse également de belles places à prendre.


Comments:
...
 
Godard demain?
 
Mauvaise semaine pour le cinéma mondial, définitivement.
 
Ouf...
 
Pour les probabilités que ces deux maîtres meurent le MÊME JOUR on repassera.

Ça m'a atteint quasi-physiquement. Puis ça m'a carrément agressé.

Je suis bouillant de nature, j'avais envie de frapper je ne sais pas pourquoi: pê le mur, les fiers ignorants, les faux-cinéphiles du dimanche, les mauvais réalisateurs, les mauvais chroniqueurs culturels, les marchands de films...

Puis je suis tombé sur ce qui suit. Il poussera vraiment sa médiocrité intellectuelle jusqu'au bout. Personne ne l'arrêtera ce putain de mollusque qui n'a pas le temps de donner dans l'exégèse de cinéastes chiants.

Je te jure, ça tu le payeras Augendre...

'Je ne vais pas vous faire le coup de la biographie pompeuse ou de la savante exégèse. Après Serrault, Bergman et Antonioni sont morts. Voilà. Le premier était extrêment populaire (dans le bon sens du terme) et les deux autres considérés comme des maîtres par les cinéphiles... mais pas du tout à la mode. Pourquoi? Car l'un comme l'autre cultivaient l'art de la lenteur, de l'arrêt, de la pause dans la vie grouillante. Vulgairement certains les disaient "chiants". Et c'était sûrement le cas si on ne partageait pas cet esprit de l'attente, comme quelqu'un qui voudrait jouer aux échecs à 100 à l'heure. Ils étaient foncièrement hors de notre temps car notre temps va très (trop?) vite. Ce n'est pas un jugement de valeur, c'est un fait : il y a du bon et du moins bon. Pour moi, Antonioni, c'est Identification d'une femme et Bergman, Le septième sceau. Pas à la mode, pompeux pour certains. Mais c'est pas grave.'

...
 
Particulièrement douloureuse cette séquence, pour le cinéma.

(...)

J'me demandais justement ce que ce crétin fini allait pondre comme colombin en forme de paragraphe.
Mais là là...
On fait quoi pour le dégommer?
Tu vas faire quoi Denis si je peux demander? On a bien essayé mais...
On a pas de pouvoir,juste des mots!
On peut juste rêver du moment où quelqu'un quelque part, avec le moindrement d'intelligence, dira:
"You, you get the fuck out of my face first, and the building next".
Pour contre-balancer un peu toute la frustration et la colère qu'il engendre. Augendre...T'es sûr qu'on lui accorde pas trop d'importance? Je sais pas, j'ai l'impression qu'on se bat contre un moulin à vent. Remarques,c'est ce qu'il est: un moulin à gazs incommodants, une pollution industrielle, une infection à choix multiples etc...
Qu'est-ce qu'on peut faire de plus à part lui écrire des commentaires?

Moteur...
 
Je lui ai envoyé un jab au maugendre@ici-mirror.com tant pis
 
Pif! t'as bien fait(j'eus aimé lire ça) mais il va te répondre perso et tu vas t'endormir.
zzzz.
 
Je m'y serais déjà mis si je ne me sentais pas autant arriviste. Il y a quelque chose de foncièrement insultant dans ses petits billets de cinéphage branleur.

«J'ai réfléchi (ça arrive): pourquoi autant de mépris? À mon avis, pour 2 raisons principales. La première est le manque de connaissances (et de nuances) de certaines personnes. La seconde est que certains (beaucoup?) critiques méritent ces commentaires: ego surdimensionné, attaques ad hominem, aveuglement doctrinal... Ce sont ceux-là qui qui font mal à cette profession.»

«Il est très snob d'aimer le cinéma asiatique. Cela permet de citer pleins de noms compliqués et inconnus. Très chic, je vous dis.»

Il gagnerait à s'épingler dans le front une certaine ligne directrice. Je me sens très cheap d'écrire ça dans cette période de deuil pour le 7ème.
 
Quelqu'un a le lien de cet idiocie de texte à 2 francs quarante que j'réplique aussi, à ma manière?
 
Google Augendre divertissement et ta journée sera à l'eau.
 
Salut tout le monde. Je suis loin de défendre M.A. (ayoye, les mêmes initiales qu'Antonioni)... Même que j'estime que c'est la pire chose qui soit arrivée à la critique de cinéma au Québec depuis... 1895 ! C'est dommage qu'il continue de sévir, mais je crois en effet qu'on lui accorde trop d'importance. Même si ça permet de se défouler, bon...

Si les éclairantes critiques de Denis, Helen et cie avaient aussi peu d'influence qu'on le dit sur les entrées en salles, ça doit être la même chose pour l'Augendre, non ? Les lecteurs du ICI (de l'époque) ont dû décrocher depuis longtemps, les autres ne méritent pas mieux ou alors ils le lisent pour mieux le détester.

Quant à la disparition des 2 géants, consolons-nous en pensant que leur oeuvre était à toutes fins utiles achevée. Et revoyons leurs films..
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs