jeudi, juin 21, 2007

 

Ousmane


Bon d'accord, j'étais à l'hosto, mais, alors que je n'ai eu aucun problème à tout savoir des conditions de détention de la cruche Hilton, je n'avais aucune idée que le cinéaste sénégalais Sembène Ousmane était décédé à l'âge vénérable de 84 ans. Beau sens des priorités dans nos médias.
Ce précurseur du cinéma africain (son La noire de... en 66 est considéré comme le premier long d'Afrique sub-saharienne) était enterré lundi dernier à Dakar.
Pour se souvenir un peu, je republie ici la chronique dvd que je consacrais à son dernier film Mooladé, prix Un certain regard au festival de Cannes 2004.

Moolaadé d’Ousmane Sembene

Pourquoi?
Pour le non tonitruant qu’une villageoise sénégalaise au sourire éblouissant oppose à la tradition de l’excision et à la domination masculine, quitte à se prendre des coups de bâton.
Pour le Moolaadé, une protection sacrée en Afrique, accordée à ceux qui sont en fuite
Pour les formidables talents de conteur de Sembene, 82 ans, son progressisme militant jamais casse-pieds et sa mise en scène colorée et intelligente
En plus?
Un making-of où l’on découvre le village historique du Burkina Faso et sa mosquée hérisson, choisis comme décor, et où l’équipe n’hésite à dépeindre le mauvais caractère de celui qu’elle surnomme le Vieux
L’occasion?
Quand vous aurez envie de vous sentir un peu plus humain.
Si vous avez aimé:
Faat Kine du même Sembene, Madame Brouette de Moussa Sene Absa
Concluons...
Parce que 38 des 54 états membres de l’Union Africaine pratiquent encore l’excision, ce film est nécessaire.

Comments:
Un gros 'chooo' au média québécois. J'ai appris sur ton blog que Sembene est décédé alors que j'ai su a la seconde prêt que 'Boule Noire' avait rendu l'âme.

C'est désolant de voir que 'Boule Noire' passe avant l'une des pierres d'assises du cinéma africain.

Très désolant.
 
Il faut revoir LE MANDAT
 
La cinématographie africaine est celle qui est la moins médiatisée ou répandue convenablement dans le monde, et c'est bien sûr dommage. Sûrement que les gens et les médias ont une vision très déformée de ce qu'est ce cinéma - ça doit ressembler à une pub de vision mondiale - et préfèrent en rester loin. Même moi mon visionnement de la comédie romantique libanaise Caramel a fait sauter pas mal des mes préjugés cinématographiques et culturels.
 
L'Afrique, continent consciemment oublié par l'hémisphère nord au profit crasse de sa bonne conscience et son confort.
C'est ce que je constate chaque fois que RDI pose son regard sur ces pays aux Grands Reportages.
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs