mardi, février 06, 2007

 

Moi aussi, veut n'en gagner des millions

Drôle de bestiole que ce concours, à débuter demain sur le site My Space Movie MashUp et dans lequel, après avoir posté votre court-métrage et que celui-ci ait été choisi par un jury composé entres autres par Sienna Miller, Anthony Minghella et Andrew MacDonald – producteur de Trainspotting (cherchez l’erreur), vous pourriez gagner la chance de vous voir offrir un million de livres pour réaliser un long-métrage. Enfin, je dis vous, mais j’exagère un peu (et c’est pour ça que vous m’aimez, je le sais) puisque le concours n’est ouvert qu’aux résidents britanniques.

Drôle de bestiole, disais-je donc. A première vue, l’idée fomentée par les producteurs de Vertigo Films et de Film4 est belle, généreuse, pleine de fleurs et de sourire. Sauf que (la vie serait si triste sans sauf que)…le concours permettra également aux utilisateurs du site, une fois le gagnant choisi, de donner leurs avis sur le titre, les dialogues, le scénario du projet. On se rappelle ce que ça avait donné avec Snakes on a Plane. Et mine de rien, c’est peut-être aussi l’intégrité de la vison du brave gagnant qui risque d’en prendre un coup.

Autre sauf que…Sauf que, ici encore, le court-métrage n’apparaît que comme une carte de visite pour passer au long. Il y a quelques semaines, Les Inrockuptibles affichaient sur leur une ce drôle de titre : court-métrage : tremplin ou impasse? Difficile en effet, malgré toutes les bonnes volontés du monde, de considérer le court comme un genre en soi. Il doit mener à quelque chose, ouvrir une porte. Bizarre quand même: lorsqu'un romancier écrit une nouvelle, personne ne lui casse les pieds en lui disant, et le vrai roman, c'est pour quand?

Ce n'est pas le moment d'un grand plaidoyer pour le court, mais quand je vois l'incroyable pépinière de talent au Québec dans ce domaine (vous en voulez des noms, en vlà: Roy, Edoin, Lavoie, Fortin, Giroux...), je me dis que ça mériterait bien qu'on s'y arrête vraiment, dans des salles de cinéma. Et pas parce que tous ces regards portent en eux les graines de grands réalisateurs de demain, gnagnagna. Mais bien parce qu'ils sont déjà les grands cinéastes d'aujourd'hui. Ce serait trop bête de les laisser passer.



Comments:
Ben voyons Helen, tu savais pas qu'il faut encourager LA RELÈVE parce qu'elle est L'AVENIR et même si leurs films sont nuls, il faut les applaudir haut et fort parce que l'on a besoin d'eux, surtout au QUÉBEC. Un peu de respect pour LES ARTISTES de LA RELÈVE qui peuvent réellement CHANGER LES CHOSES !!!
 
Bon, le Simon est baveux en février, on dirait :)

La relève, la relève, c'est pas une raison pour se faire mal.
 
Si on m'offrait le choix à l'aveugle entre un long métrage de 120 minutes et une séance de courts de la même durée,je choisis la séance de courts :)
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs