dimanche, février 04, 2007

 

Les américains ont leurs Razzies, les français leurs Gérards

Si nos amis yankees nous font bien rigoler avec leurs Razzies célébrant les pires performances cinéma de l'année, les français s'y mettent aussi avec la deuxième édition des prix Gérard.

Les nominations sont tombées aujourd'hui (remise des prix le 22 février) et certaines catégories sont irrésistibles. Et si le quart de la moitié de ces films ne sont pas arrivés jusque nous, ça semble très bien comme ça


*Plus mauvais film avec Clovis Cornillac
Les Brigades du Tigre
PolterGay
Le Serpent
Nos Voisins les hommes (doublage)
Happy feet (doublage)

*Plus mauvais film dont personne n’a entendu parler
Le Concile de Pierre (mais oui, de Guillaume Nicloux, avec Monica Bellucci !)
Les Aiguilles Rouges (mais oui, de Jean-Francois Davy, avec Jules Sitruk !)
On va s’aimer (mais oui, de Ivan Calbérac, avec Alexandra Lamy !)
La Jungle (mais oui, de Mathieu Delaporte, avec Patrick Mille !)

*Plus mauvais membre de la famille Depardieu
Gérard Depardieu dans Quand j’étais chanteur
Guillaume Depardieu dans Célibataires
Julie Depardieu dans Poltergay
Elisabeth Depardieu dans Rien cette année
Carole Bouquet dans Un Ami parfait

*Plus mauvaise réplique
"Ah ben ça alors !" : Audrey Tautou apprenant qu’elle est la descendante de Jésus dans The Da Vinci code
"J’ai fait un rêve avec toi cette nuit : on a fait l’amour et tu m’as dit merci." : Frank Dubosc dans Camping
"Mais c’est pas possible, il faut que ça s’arrête les catastrophes, hein !" : Thierry Lhermitte dans Les Bronzés 3 amis pour la vie
"C’est bien, l’amour." : Richard Borhinger dans C’Est beau une ville la nuit

*Pire compromission alimentaire
Thierry Lhermitte dans Incontrôlable
Claude Brasseur dans Camping
Gérard Lanvin dans Camping
Alexandre Astier dans Comme t’y es belle
Jean-Pierre Marielle dans The Da Vinci code


*Pire massacre d’une oeuvre originale
Le Grand Meaulnes
Piccolo et Saxo
Les Brigades du Tigre
Asterix et les Vikings
Ô Jérusalem
Arthur et les Minimoys (que chacun sait que Besson n’a pas écrit, mais bien massacré)


*Plus mauvais film à sortir en 2007 dont on suppose ou souhaite qu’il ne "rencontrera pas son public"
Taxi 4
Gomez et Tavares, la suite
Fracassés
Nos Amis les Terriens (de… Bernard Werber !)
Trivial (de… Sophie Marceau ! avec… Christophe Lambert !)

*Plus mauvaise actrice n’ayant pas encore couché, euh, tourné avec Luc Besson
Aure Atika dans Comme t’y es Belle
Olivia Bonamy dans Célibataires
Cécile de France dans Mauvaise foi
Monica Bellucci dans Napoléon et moi
Audrey Tautou dans Hors de prix
Romane Bohringer dans C’Est beau une ville la nuit

*Plus mauvaise actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari
Arielle Dombasle dans Nouvelle chance

*Plus mauvais acteur qui veut absolument devenir chanteur
Sandrine Kiberlain, Manquait plus qu’ça
Agnès Jaoui, Canta
Jane Birkin, Fictions
Victoria Abril, Pucheros do Brazil
Gérard Darmon, Dancing
Jeanne Balibar, Slalom dame
Mimi Mathy, La vie m’a raconté


Et par ici, qu'est-ce que ça pourrait donner?

Pire service après-vente d'un film?
Patrice Sauvé et Patrice Robitaille, Cheech
Lucie Laurier, Bon cop, bad cop.
Yves Desgagnés, Roméo et Juliette

Pire tentative de faire comme les américains et même pas réussir?
Bon cop, bad cop
Un dimanche à Kigali

Pire film de 2007 dont on sait déjà qu'il servira aux journalistes comme motif à évoquer une crise du cinéma québécois
Ma fille, mon ange

Comments:
Les Québécois pourraient avoir leurs "Mickeys".
Une jolie statuette hybride,le corps d'une souris avec la tronche
d'Augendre dont la réalisation serait confiée aux Têtes à Claques :)
 
Hahahaha ! Elle est bonne Yvan !

Les catégories sont comiques, mais
je tiens à dire que Depardieu est très bon dans Quand j'étais chanteur.
 
Un dimanche à Kigali comme imitation d'une méthode américaine? Intéressant... Je n'avais pas vu ça comme ça. Je serais curieuse d'en savoir plus sur ton point de vue.
 
oh qu'il n'y aurait pas de pas de place pour ça au Québec.
oh qu'on se ferait accuser de cynisme, de nuire à l'industrie et de snobisme.
mais bon dieu qu'on en aurait de besoin.

mais imaginez martineau, petrowski, le bon peuple, les lecteurs du voir, les critiques émérites de cinemamontreal.com, le chien du voisin et quelqu'un de lcn. tout ce monde pour monter aux barricades.
et un sondage Crap pour nous convaincre qu'on se trompe.

on est tellement bon ici.

pas touche à denise r. et denise f.
pas touche à tous ces acteurs qui se font photographier pour le 7 jours ET réalisent des films.
pas touche à nos veudettes.

et pas touche à bon cop bad cop.
même mickey aime ça.
même mickey en parle une semaine sur deux dans son affaire qu'on aime tant lire.

imaginez vous un prix mickey pour karine vanasse?
on se ferait crucifier!
on le fait??
 
Martine, selon moi, Kigali est un film sans réelle personnalité, comme ceux qu'Hollywood sait faire. Ils ont adapté un livre poignant comme des vampires, en en suçant toute l'âme, toute l'intériorité pour mieux nous foutre sous le nez, à nous pauvres imbéciles de spectateurs, notre ration hebdomadaire d'human interest. La fin est particulièrement significative. Autant Courtemanche faisait confiance à son lecteur, autant le film nous prend pour des brebis. Et ça sans parler de la mise en images télévisuelle et du montage précipitant le récit. Tout ça relève d'une espèce de méthode prête-à-filmer que les américains ont mis au point avec succès, mais aussi avec cynisme. J'avais peut-être trop d'attentes, mais Kigali a été une vraie déception pour moi.

Raf: chiche, on le fait!
 
On est déjà trois prêts à se faire lapider, sauf que les vraies tomates, c'est nous qui les lanceraient.

La Ribouldingue du cinoche Québécois.
On veut tellement être distincts,on est têêllement bons, soyons-le dans la dérision.

Et le Mickey D'Or va à...(roulement de tambour tout croche)
Karine Vanasse pour son rôle dans :"La vie secrète de Donalda Laloges"

Ça serait trop drôle et le besoin est criant...
Tranquilement, à temps perdu pour Janvier 2008. Sauf que ça prendrait un peu de cash, des contacts et du temps.C'est le premier item qui m'inquiète le plus, car c'est à pure perte.

Affaire à suivre en ce qui me concerne ;)
 
Helen: Merci pour les précisions! Je n'avais pas particulièrement senti cette américanisation du récit - après tout, les américains n'ont pas inventé le "human interest" - mais j'avais été déçue de l'ensemble et j'étais restée sur ma faim, sans trop en identifier les raisons. Hotel Rwanda, très conventionnel aussi dans sa formule, m'avait pourtant émue au plus haut point.
 
un film vraiment bien sur ce sujet, mais un peu passé inaperçu est SHOOTING DOGS. Il est un peu convenu, mais plusieurs scènes sont vachement efficaces.
 
Effectivement, Martine, tu as raison, les américains n'ont pas inventé le human interest, mais ce sont par contre peut-être eux qui en ont fait un ingrédient essentiel à la recette. Le problème de Kigali, je crois, est d'avoir appuyé trop fort sur le bouton sentiments, là où Courtemanche, justement, parvenait à toujours se placer au-delà de la réaction première, viscérale, des ceux qui observent la guerre.
Je n'ai vu ni Hotel Rwanda, ni Shooting Dogs. Je me les loue et on s'en reparle!
 
Pire tentative de critique qui se la joue à la masturbation intellectuelle ? Helen Faradji
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs