mardi, novembre 21, 2006

 

Le choc


Il avait dit: "Filmmaking is a chance to live many lifetimes".

Toutes ces vies vécues sur pellicule furent belles, intelligentes, drôles, ironiques, vives, douces, pertinentes. Désormais, elles seront les seules à encore exister.


Je n'ai pas vraiment de mots pour dire à quel point je suis triste, mais je viens d'apprendre que Robert Altman était mort.
M.A.S.H, The Long Goodbye, Nashville, The Player, Short Cuts, Gosford Park pour ne citer qu'eux et c'est un gros morceau de ma cinéphilie qui vient de me dire bye-bye à jamais....

Comments:
Nooonnnnnnn !!!!
 
!!
 
C'est triste mais à tout le moins il est parti à 81 ans en étant encore en mesure de faire ce qu'il aimait le plus, soit tourner des films tout en demeurant indépendant.

"Toffer" 55 ans à Hollywood en demeurant intègre et authentique, quel exploit !
 
pour que les rubriques mortuaires apparaissent un peu plus vivantes, je vous invite à lire le texte de Juliette Ruer sur la mort du grand homme sur le site web de 24 Images (dont, en passant, j'ai désormais l'insigne honneur de m'occuper)
http://www.revue24images.com/articles.php?article=47
 
Ah cette Juliette qui se fait trop rare.Je l'apprécie grandement dans l'abrutissement général de la critique dans ce coin de pays.

Je n'ai pas tout vu de Altman, loin de là mais "The Player" me reste gravé dans le crâne dans le genre satire d'Hollywood acidulée.

Ce qui est chouette avec les artistes, c'est qu'ils ont la chance de "laisser" quelque chose à leurs descendants quand ils meurent.
Ya rien comme le temps pour juger d'une oeuvre.Quand elle le traverse, c'est vraiment du bon cru.
Comme "The Player".
Merci Robert.
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs