vendredi, juillet 21, 2006

 

En un mot, la Sicile...c'est beau

Ah...vous m'avez manqué!

Je vous ne ferai pas le coup de la soirée diapo, faudrait pas virer mémère tout de suite non plus. Mais je ne résiste pas à vous livrer des bribes de voyage, comme ça, dans le désordre.

Le 3 juillet, arrivée à Palerme. Dans ma chambre d'hôtel, au-dessus du lit, une photo de Pasolini encadrée...prédestination?

Puis la vie qui déborde partout. Dans ces étroites rues pavées sans trottoir où les mamas communiquent de balcons à balcons. Dans ce linge qui sèche aux balcons en pierre d'édifices historiques du VXIIème. Dans ces incroyables marchés. Ca hurle, ça gesticule devant les étals gorgés de figues grosses comme le poing et de têtes d'espadon.




Bien sûr, qui dit Sicile, dit Mafia. Rien de cinématographique là-dedans. C'est au contraire très concret, un peuple qui tente de se défaire de cette machiavélique influence en refusant la pizzo, "l'impôt" exigé par cette chère organisation. Traduction grossière: un peuple qui paye la pizzo est un peuple sans dignité



Mais il y a aussi la plage qui ressemble à une carte postale. L'eau claire, le sable blanc et l'envie de pouvoir, comme les palermitains, y venir aussi souvent que ça me chante...petit regret.




Et que dire du foot? Les gamins des rues où se cache peut-être un futur génie. La folie de la finale (gachée par le seul orage de mes vacances après le coup de sifflet final...bien fait pour eux!)



Ensuite revenir en France et réaliser que le foot est en réalité chose très sérieuse. De Bernard-Henri Lévy à Ariane Mnouchkine, les hautes sphères bouillonnaient d'éditos sur "le geste" de Zidane. Le geste qui lui fit, tenez-vous bien, retrouver un statut humain et perdre celui de demi-Dieu. Et ceci sans compter les sociologues de tout poil qui font de l'équipe de France un baromètre du moral hexagonal...trop drôle.
J'ai tout de même craqué pour une analyse lue dans le Nouvel Obs. L'auteur s'y fendait d'une comparaison réjouissante sur laquelle je vous laisse avant de revenir à une activité normale:
"Zidane aime bien Ribéry. C'est un couple, peut-être, façon Gabin-Belmondo dans Un singe en hiver. Ou, dans les westerns de Hawks, John Wayne en vétéran couturé qui parraine un godelureau à la gâchette hésitante..."

Comments:
Bon voyage ma poulette - tu rates cette semaine la plume du pathétique sous-être. Monsieur a une opinion sur la crise du financement du cinéma québécois. Son point de vue est confus, sans saveur, et bien sûr le cinéma commercial, n'en déplaise aux intellos, c'est très bien. Je songe à la violence...
 
Welcome back Helen, to your show that never ends...

Ici, il a fait une canicule telle, que je pouvais entendre pousser ma barbe.Le débat du sous-financement fait rage, et Mickey nous fournit sa plume comme un bâton pour le battre.Aille les gars! On le fait braîller!
 
...Pendant ce temps, au Canada :

Le Journal de Montréal nous apprend, à la une de son cahier Weekend, que "LE CINÉMA QUÉBÉCOIS VA BIEN", ajoutant, en super-gros, "ARRÊTONS DE S'ENTREDÉCHIRER."

C'est vrai, quoi! Pourquoi vous faites vos airs bêtes alors que "LE CINÉMA QUÉBÉCOIS VA BIEN" La preuve, Jean-Marc Vallée va probablement réaliser le remake de "Pablo qui court"!!!

HAPPY HAPPY JOY JOY!
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs