lundi, juillet 31, 2006

 

Des regrets, pas de remords?

Drôle d'article aujourd'hui dans The Guardian...
Pour que certains critiques puissent retrouver face humaine, puisque "All those who pass judgement for a living are, like a magistrate who hangs an innocent or frees a killer, occasionally troubled in the night by the recollection of past error", on les y invitait en effet à désavouer une de leurs opinions critiques.

D'un mea culpa sur Kiefer Sutherland à un autre sur Nirvana, une sélection de critiques y avouent donc leurs légères glissades.
Bien sûr, le critique pourra toujours regretter de ne pas avoir su trouver les mots exacts, de ne pas avoir su s'élever au niveau de l'oeuvre ou bien même d'avoir eu la dent un peu molle.
Mais au-delà de ces détails, un critique peut-il vraiment changer d'avis? En a-t-il le droit? Peut-il retourner sa veste aussi facilement?
Et s'il le fait, cela veut-il dire que finalement, son idée n'était qu'un effet de mode que le temps pourra modeler à sa guise?
Car admettre que sa critique était défaillante, n'est-ce pas finalement admettre qu'elle n'était qu'une opinion?

Je ne sais pas. Peut-être aurez-vous la réponse: un critique a-t-il le droit de se rétracter?

Comments:
Oui, il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idée...

En ce qui attrait au cinéma, il m'est arrivé souvent de découvrir des qualités à un film que je n'aimais pas lors d'un deuxième visionnement. Quand on voit quatres films en ligne dans un festival,par exemple, il est normal que la fatigue et la folle envie de se dégourdir les jambes nuisent à l'appréciation de l'oeuvre projettée.

Même Godard a avoué s'être trompé sur Monica d'Ingmar Bergman, film qu'il n'avait pas beaucoup aimé au premier visionnement, mais qui devint par la suite une source d'inspiration pour son propre cinéma.
 
Certes. Certains films sont probablement comme le bon vin. Plus on les laisse vieillir, meilleurs ils sont.

Mais pour l'instant, je dois avouer n'avoir jamais connu cette extase!
 
Je crois que n'importe quel(le) critique peut se tromper.On a tous droit à l'erreur.Savoir le reconnaître ajoute au crédit à mon avis.
Cependant, un premier visionnement me donne toujours (ou presque) un avis définitif ou très indicatif.
Existe-t'il une formation au Québec(ou ailleurs) pour le métier de critique? Pas que j'attache une importance extrême à la formation, mais à tout le moins une expérience indéniable.
Si oui, l'erreur devient moins tolérable; sinon, mon avis vaut autant, sauf la portée médiatique. Il faut être moine tibétain qui lévite pour être totalement objectif en ce monde.
La subjectivité sera toujours de mise pour n'importe quelle oeuvre d'art parce qu'elle suscitera en vous une chose, et pour qqu'un d'autre,autre chose.Cinéma inclus.
Il faut reconnaître cependant certaines balises incontournables de qualité.Les critiques sont là pour nous le faire savoir.

C'est comme naviguer en eaux troubles, il faut des balises(critiques) pour éviter les écueils(navets).Mon humble avis.
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs