dimanche, juin 18, 2006

 

Petite note en passant

Dans toute cette histoire de sous-financement de notre beau cinéma, un truc continue à me gêner aux entournures...Et si la situation ne s'arrangeait pas et que nos z'amis producteurs continuaient ce qu'ils ont déjà commencé: soit se tourner vers le financement privé?
Dans certains cas, pas de souci. Dans d'autres, ça donnerait de beaux films sponsorisés en gros par Subway mangez frais et autres belles annonces pleines de classe.

Je ne sais pas vous, mais moi, un film qui dès son générique annonce comme ça ses couleurs, ça me coupe franchement l'appétit. Imaginez, si Mulholland Drive avait commencé ainsi..."Ce film vous est présenté par McDonald" ou que Wal-Mart s'était présenté comme fier commanditaire d'Apocalyspe Now. On aurait tout de suite trouvé ça moins sérieux, non?

Tout ça pour dire que cette seule raison justifie selon moi l'augmentation des budgets de Téléfilm-Sodec.

Comments:
Tout à fait daccord avec l'augmentation des budgets de Téléfilm-Sodec.Le plus indépendant on peut être en cinéma, le mieux se porte l'oeuvre.

Mais le cinéma est tellement onéreux, qu'il est difficile de se passer du privé ou d'un .À moins d'être un génie économe de moyens.
Qui dit cinoche, dit "cashflow".Probablement l'art le plus dispendieux.Et un des plus jubilatoires.Que voulez-vous...

Entre une annonce avant le film et un verre de Coke dans une scène, je préfère voir le verre.N'est-ce pas une question de choix d'auteur et de compromis de sa part?

Il lui appartient de délimiter sa zone de compromis.Tout part de lui dans un sens, mais sa vision commande des moyens hors de sa portée financière. Dilemne difficile à résoudre qui représente un combat véritable et de longue haleine.

On est de retour aux mécènes d'antan qui finançaient sans rien dire, laissant totale liberté au créateur.Dream on. Vous trouvez pas qu'on est revenu au Moyen Âge sous plusieurs aspects en notre époque?

J'admire les créateurs cinématographique par le combat qu'ils mènent pour le financement.
Faire beaucoup avec peu.Less is more.Je crois sincèrement qu'un cinéaste doit aujourd'hui évoquer beaucoup, avec peu de moyens.L'imagination au pouvoir.
Faut le faire.
 
Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi les producteurs mettent pas de LEUR argent sur la table. Genre, Denise Robert s'enrichit en utilisant l'argent des contribuables, mais pas une cenne de sa poche. Bizarre.
 
J'en jasais justement avec des producteurs qui eux me confirment que ce sont bien les cachets aux acteurs et aux techniciens 'unionisés' qui bouffent un max. L'enjeu n'est pas seulement de dire 'plusse de budget'... l'enjeu est d'apprendre à faire des tournages moins coûteux et de défier les mafias des unions! Loin de moi l'idée d'avoir un discours un peu trop à droite mais... succès ou pas, engouement ou pas: quand les producteurs auront compris qu'il y a 11M dans l'enveloppe annuelle de Téléfilm... ils feront avec! À quoi bon gonfler les budgets et à quoi bon crier au scandale marquise Denise Robert avec votre 9M!??? Vous vivez où?
 
Kevin et Denis ont été plus pertinents en quelques phrases que moi en plusieurs paragraphes!

Je m'éparpille, sans compter tout l'espace que cela prend.Mes excuses...
Je tâcherai d'être plus concis à l'avenir.
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs