mardi, mai 30, 2006

 

Quelle tristesse

Shohei Imamura est mort. Il avait 79 ans.

Né à Tokyo en 1926, ancien assistant du grandissime Yasujiro Ozu dans les années 50, il fut a la pointe de la Nouvelle Vague japonaise dans les années 60 (en compagnie de ce cher Nagisa Oshima).
Mine de rien, l'homme avait aussi gagné deux palmes d'or (en 83 pour La ballade de Narayama et en 97 pour L'anguille, ex-aequo avec Le goût de la cerise d'Abbas Kiarostami), ce qui n'est tout de même pas à la portée du premier venu, il faut bien le dire.
Son dernier long datait de 2001 (De l'eau tiède sous un pont rouge). En 2002, il participait également au projet 11'09'11.
Ici, dans Senses of Cinema, une belle analyse de son cinéma

J'aimais son onirisme, sa poésie, sa dureté, son regard sur les femmes. Mais si les films resteront, le cinéma perd un de ses grands aujourd'hui.

Comments: Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs