vendredi, avril 28, 2006

 

le pourquoi du comment

Devant l'insistance des foules, voilà le pourquoi du comment du "ferme ta gueule, va-t'en chez vous" que m'a gentiment dit le ICI.
Dans les dernières semaines, un nouvel éditeur (ancien du Journal de Montréal et d'Echos-Vedettes) a été nommé au ICI dans l'idée de "relancer" le journal.
Or, selon lui, j'avais montré trop de réticences à ses plans de relance en étant "trop intellectuelle et pas assez populaire". Voilà, c'est aussi simple que ça.
Que dire de plus? Ma maman m'a appris à toujours essayer de rester polie.

Comments:
Mais c'est de l'anti-intellectualisme crasse! Ils pensent vraiment faire un cross-over entre les lecteurs plateauites du ICI et M. Mme. Toulemonde du 7 Jours?????

Ridicule et navrant.
 
Salut,

Ce genre d'histoire me fait chier royalement. Tu précises que le type provient du Journal de Montréal et de Écho-Vedettes.

C'est clair et net que chez ces gens-là, il n'y a que la rentabilité qui est importante. Pour la qualité, on repassera...

J'ai fait un billet avec ton histoire dans mon carnet. Ça ne donnera probablement rien, mais je l'ai fait parce que j'hais ceux qui abusent de leurs pouvoirs.

Plus souvent qu'autrement, ils le font au détriment des meilleurs !
 
Dommage. Pour ICI. Pas pour le nouveau type. Pas dommage pour toi. C'est le début d'un temps nouveau!

Faut dire que les hebdomadaires «alternatifs» (alt-weeklies) ont tendance à passer par différentes périodes et différentes réorientations. C'est pas seulement une question d'argent. C'est une question de changer de cap. Ce genre de publication ne peut pas conserver la fraîcheur des débuts. Alors ils vont vers autre chose, tentent de rejoindre un plus large public. Pour la pub, c'est évident, mais aussi pour représenter une autre vision des choses. L'hégémonie de l'Eau Platte Rond-Moyal, elle ne se supporte que si l'on reste dans son coin.
D'ailleurs, c'est un peu moins le cas au Québec, mais l'anti-intellectualisme vient souvent du fait que les intellos de salon se soient positionnés comme garants de la Culture qu'ils perçoivent comme unifiée, monolithique, sélective et raffinée. Les pauvres!
Heureusement, «ça prend toutes sortes de monde pour faire un monde!» ;-)

Alexandre
 
Tout d'abord Helen, je veux dire que j'aimais bien lire Denis Côté et que, malgré un pincement au coeur lorsqu'il est parti, j'ai rapidement apprécié lire tes chroniques et tes articles. Dommage pour le Ici, mais peut-être tant mieux pour toi. Quand on ne s'entend plus avec un patron...

***

Attendez trop intellectuel. Trop intellectuel en quoi? Parce que de temps à autre il y a des mots comme «Pierre Perrault», «Cahiers du cinéma» ou «Festival de Cannes»? Ou alors c'est intellectuel de planter un film comme Scary Movie 4?

Les critiques de films du journal Ici ont une belle écriture et ils couvrent l'ensemble des nouveautés qui sortent en salle de la même façon que ceux du Voir, du Devoir ou de La Presse. Ce serait très dommage qu'un virage populiste viennent tout bousiller.

Dans l'empire Quebecor, c'est probablement le seul média survivant qui favorise le contenu moins sensationnaliste. En ce moment, dans cet empire, tout est à la convergence, aux contenus légers et à la rentabilité aux dépens de l'information. Pourquoi faire autrement quand on fait des profits et qu'on est numéro 1? -Paresse.

Par exemple, remarquez que Canoë, le site web #1 de l'information, n'est même pas abonné aux fils de presse de Reuters ni d'AFP. Par contre, vous y retrouverez chaque jour les superbres articles de fond du Journal de Québec et du Journal de Montréal et une série d'articles et de collaborations qui des divers médias Quebecoriens convergent vers la vitrine de Canoë. On y retrouve le Ici aussi, n'oubliez pas que c'est de l'empire. Chez Canoë on ne produit pas, on regroupe et on ressasse.

L'article de Helen dans le Ici sur Canoë.
 
Salut ma petite Helenou! Tu sais que je n'ai pas été tendre avec vous. Tu sais que selon moi, il faudrait abandonner le navire ICI avant qu'il ne devienne qu'un puits à jeux de mots et autres Martiniaiseries lues chez le moribond compétiteur. Surtout, je criais à l'abandon du navire pour cause d'exploitation Québécorienne (comprendre: Québécor adore 'garder ouvert' son hebdo de gauche pour se donner une caution morale et prouver malhonnêtement à ses détracteurs qu'il y au moins un mouton noir 'libre' dans l'empire - beurk'). Mais bon, il est aussi vrai que l'ancien chef de pupitre démissionnaire (autant par vélléités créatrices de cinéaste têtu que pour cause de subtil 'montrage de porte' par l'empire) peut difficilement convaincre ceux qui croient en un espace d'activité intellectuelle libre de cessser leur pratique comme ça.

BREF, ce blog existe, existera et a possiblement toujours existé. Je te suivrai, comme un con, un chien de garde, un gentil observateur qui te gave de son cynisme et de ses remontrances. Au prochain coup de gueule ma belle!

Denis Côté
 
C'est l'application judicieuse de nos cours de mathématiques qui a lieu ici : trouver le plus petit dénominateur commun. C'est la beauté de travailler - comme moi - pour un géant de la "communication" comme Quebecor. Le nivellement par le bas y est ma foi élevé au rang du succès d'entreprise.

Inutile de se forcer pour en voir les exemples, on fait tous notre épicerie dans les supermarchés, s'agit de voir les couvertures de magazines qui se pointent à nos yeux lorsqu'on patiente à la caisse quatre.

Pourquoi en serait-il autant avec les hebdos? Denis Côté a bien raison lorsqu'il parle de la caution morale; caution qui rapidement prend le bord comme on peut le constater face à ce ménage des bonnes idées que l'on remplace par UNE idée constante, immuable, sans originalité mais qui vend. Des réflexions indépendantes c'est bien beau, mais si ça ne vend pas de l'espace publicitaire, à quoi ça sert?

Il faudrait d'ailleurs en ce sens continuer de fermer toutes les petites maisons d'édition au Québec, car ces auteurs qui n'approchent le succès que par l'estime qu'ils reçoivent de leurs pairs ne vendront jamais un espace publicitaire dans le Voir, à TVA ou ne verront jamais leurs écrits publiés en petits encarts détachables dans le Sensass, le Lundi ou autres écrits indispensables pour obtenir la recette de cigares aux choux de Sonia Vachon.

D'un côté, le fait que Helen ait été aimablement "tassée" du Ici démontre a la face des gens qu'elle a un esprit rebelle, non conformiste, original et qu'elle a quelque chose à dire. Ce qui est dommage, c'est qu'une publication qui la rend accessible à tous ait décidé de s'en départir. Tant pis pour lui, certes, mais c'est dommage pour nous, et ce au centuple. Heureusement, nous pourrons te lire ici et y reviendrons fréquemment.

Longue vie!
 
Ouais ben Helen, je ne suis pas surpris. ICI reste un media pop qui est quand même mieux que Voir, mais n'est pas ce qu'il pourrait être. M'enfin, tu contribuais à ta façon et c'est leur perte.

Je lirai ton blog, c'est tout...

skye
 
je trouve la situation totalement dégueulasse, surtout que j'ai vécu la même chose il y a deux mois. À mon ancien emploi, où j'étais recherchiste, on m'a renvoyé, pour les mêmes raisons.

C'est crissement poche!
 
Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs